VOUS LIBÉRER DE LA DÉPENDANCE AFFECTIVE

Si vous avez construit des châteaux dans les nuages,
votre travail n’est pas vain ; c’est là qu’ils doivent être.
À présent, donnez-leur des fondations.
– Henry David Thoreau

Thèmes sur cette page
1. La dépendance affective et son traitement.
2. Le trouble de la personnalité narcissique et son traitement.
3. Narcissisme ou autisme ?

INTRODUCTION

Êtes-vous attiré(e), « comme un aimant »,  par des personnes qui vous font souffrir ? Êtes-vous victime d’une personne narcissique ou êtes-vous piégé(e) par une hypnose d’amour ? Quelle est l’origine de votre dépendance affective ? La personne dépendante s’identifie à la sensation profonde d’être en manque d’amour, de valeur, de lien…, et croit que seul « l’autre  » pourrait  combler son manque. Cette fixation s’ancre dans la toute petite enfance. La personne narcissique est émotionnellement vide. Depuis sa faille narcissique, elle s’identifie à une image très spéciale de soi. Le dépendant n’existe que par la demande de comblement, confondue avec l’amour. Le narcissique n’existe que par l’amour de son image. Une fois  tombés amoureux, les « aimants humains » se manipulent par leurs programmes hypnotiques : le dépendant donne le pouvoir à l’autre de négliger son manque. Le  narcissique utilise l’autre pour son approvisionnement narcissique. La pratique de l’Autoquestionnement Non Duel permet de se réveiller de cette hypnose et fait émerger la force sereine et la véritable Présence de l’adulte ici et maintenant.

LA DÉPENDANCE AFFECTIVE

La dépendance affective remonte à l’enfance et cela est expliqué ici. Brièvement dit : puisque le parent, surtout la mère, est la seule source de survie de l’enfant, craignant sa désapprobation ou l’abandon, l’enfant s’efforce de lui plaire. Ainsi, l’enfant substitue ses propres besoins pour ceux de ses parents, surtout s’ils sont des « adultes-enfants » qui manipulent inconsciemment leur enfant pour remplir leur vide psychoaffectif. Les rôles s’inversent et l’enfant se charge de la responsabilité de prendre soin de sa mère et/ou de son père. Cela empêche le développement de son autonomie et il se produit souvent une perte de son « Je Suis ». L’enfant adopte alors « une identité » qui ne lui permet pas de ressentir ses propres besoins. Il développe un deuxième sens concernant les besoins d’autrui. L’enfant du passé « hypnotise l’adulte d’aujourd’hui » et continue à faire la même chose dans sa vie présente. Il y a une histoire particulière pour chaque personne dépendante.

Caractéristiques de la personne dépendante.

1. La personne dépendante est absorbée par l’admiration, l’idéalisation, le respect et l’amour de l’autre. Elle peut se dévouer entièrement à l’autre, au point de susciter son irritation, sa peur, son rejet ou son mépris. Elle se dévalorise  ou elle manque de confiance. Elle cherche l’approbation et la reconnaissance pour obtenir un sentiment d’importance et de valeur. 

2. La personne dépendante se dédie à soigner et combler les besoins de l’autre, alors qu’elle ignore, minimise ou dévalue les siens. Elle joue le rôle du « sauveur » ou de la « sauveuse ». Elle est incapable de faire des demandes explicites pour faire écouter ses besoins ou désirs, car elle-même n’écoute pas ses propres besoins.

3. La personne dépendante peut se sentir gênée, nerveuse ou coupable de demander quoi que ce soit aux autres. Elle croit qu’elle dérange ou qu’elle va produire un conflit. Elle peut se sentir nulle ou incorrecte sur le plan professionnel ou social, ou inexistante.

4. La personne dépendante est réputée de nature aidante et généreuse, intelligente, enthousiaste et pleine d’énergie. Mais elle peut ignorer ses propres besoins au point de négliger ses économies ou de se négliger elle-même en se rendent indispensable à la personne aimée. 

5. La personne dépendante donne beaucoup plus à son partenaire en comparaison à ce qu’elle reçoit. Le déséquilibre entre recevoir et donner est dû au manque de reconnaissance de ses propres limites et au fait de ne pas savoir comment faire entendre ses besoins. La personne dépendante peut se sentir  coupable de mettre ses limites.

6. La personne dépendante peut souffrir de masochisme ou d’un trouble abandonnique ou du syndrome de Stockholm.

7. La personne dépendante peut croire qu’elle n’est pas digne d’être aimée. Elle croit manquer d’amour ou croit que celui-ci est inatteignable ou qu’il se trouve « localisé dans une personne ». Elle se sur-adapte aux autres et s’oublie de soi.

8. La personne dépendante se sent attirée par des personnes qui la font souffrir, parce que dans le passé l’un de ses parents l’a fait souffrir et elle a idéalisé ce parent. Peut-être son enfant du passé a-t-il fait un pacte inconscient de fidélité et de dévouement à ce parent. Ou bien la personne dépendante est chroniquement en état de régression d’âge et attend encore et encore que ce parent lui confirme enfin son amour.

 9. Paradoxalement, la personne dépendante peut croire qu’elle doit se débrouiller par elle-même, qu’elle est seule dans ce monde et qu’elle ne peut compter que sur elle-même.

Reconnaître vos programmes hypnotiques
En résumé, les programmations hypnotiques de la dépendance affective sont :
–  La régression d’âge et la confusion cognitive.

–  Le désir infantile d’une fusion totale avec l’autre et de ne vivre que pour lui.
–  L’idéalisation ou la sur-idéalisation de l’autre.
–  La dissociation, l’engourdissement et/ou le déni de ses propres besoins.
–  La sur-adaptation aux besoins et désirs ou aux demandes implicites de l’autre.
–  Le continuel rêve éveillé où sont projetées des images dans le futur avec l’autre.
–  Des réactions émotives extrêmes de peur, de tristesse, de colère, de honte et de culpabilité…
–  Des symptômes du trauma émotionnel.
–  Manifestations de blessures du passé

Pour vous libérer de la dépendance affective, il est fondamental de…
vous faire accompagner par quelqu’un de compétent et d’avoir les outils pour démanteler par vous-même vos formes d’attachement, les croyances qui soutiennent ces attachements et les mécanismes hypnotiques qui contrôlent votre vie.
Il est important…
– d’identifier les états hypnotiques décrits dans la liste précédente.
– de reconnaître les régressions d’âge et la fréquence de ces régressions.
– d’intentionnellement régresser aux événements et situations, où la blessure s’est fixée.
– d’aller à la rencontre de ce que vous ressentez  avec compassion et bienveillance.
– de détecter les croyances qui se sont fixées lors des événements traumatiques.
– de vous déprogrammer et vous réveiller de votre hypnose identitaire.
– de découvrir un nouveau mode d’action lié à la spontanéité et à une nouvelle énergie retrouvée.

Outils et traitement proposés ici
Par un travail intensif individuel sur trois jours…

– Vous allez répondre à des questions contextuelles pour détecter les blessures du passé qui ont confirmé vos doutes et la sensation profonde de manque.
– Vous serez guidé(e) dans des répétitions programmées de certaines mémoires pour aller à la rencontre de votre ressenti et découvrir les mécanismes qui entretiennent vos blessures.
– Vous apprendrez à questionner les interprétations et croyances à votre égard, ancrées au moment du vécu de ces blessures et vous apprendrez à démanteler ces croyances.
– Vous allez faire des mouvements en diagonales des yeux et des bras, pour déprogrammer au niveau du cerveau, votre identification à la terrible sensation de manque. C’est une méthode provenant des dernières investigations de la neuroscience.

Victime d’une personne narcissique ?
Nous pouvons tous entrer en contact avec une personne souffrant du trouble de la personnalité narcissique, soit sur le lieu de travail ou dans d’autres contextes. Cependant, si vous êtes en couple depuis un certain temps avec une personne souffrant de ce trouble, il c’est certain que vous êtes identifié(e) ou plusieurs schémas mentionnés dans cette page. Il se peut que simplement vous ignoriez les caractéristiques de ce trouble. Ou bien vous êtes dans le déni de ce qui se passe. Il est possible que vous soyez habitué(e) à être manipulé(e) par l’un de vos parents et que « votre enfant du passé » vous hypnotise et vous rende aveugle encore aujourd’hui.

LE TROUBLE DE LA PERSONNALITÉ NARCISSIQUE

L’histoire de la personne narcissique remonte aussi à l’enfance. Elle a vécu une blessure ou faille narcissique due à différentes situations confusionnelles au sein de sa famille. Par exemple, l’enfant a été sur idéalisé par ses parents. Il était leur fierté. Il était le centre d’attention de tous les membres de la famille. Il était le roi ou la reine, le prince ou la princesse de sa mère et/ou de son père. Il été surprotégé peut-être, mais traité comme un objet-amour ou comme un enfant spécial. Dû à son propre narcissisme inhérent, l‘un des parents (ou les deux) dépose sur l’enfant des attentes implicites incompressibles et hors de la réalité. L’enfant est destiné à préserver illusoirement le savoir, le pouvoir ou l’existence de ce parent. Il est supposé donner un sens à la famille. Il est utilisé comme la prolongation phallique de son père. En même temps, il est hautement négligé ou disqualifié psychologiquement, dressé et battu. Tout cela lui fait perdre son sens de « Je Suis » et le contact avec ses émotions. Il devient une « image de soi » pour contrer sa terrible sensation d’insuffisance, d’inaccomplissement, de manque de capacité, de vide… Il y a une histoire particulière pour chaque personne narcissique.

Caractéristiques de la personne narcissique

1. Approvisionnement narcissique 
La première chose qui vous attire chez un narcissique est peut-être son charme, son corps, son agilité intellectuelle, sa désinvolture, sa capacité à vous séduire par la parole, par son supposé savoir, par sa dextérité manuelle, par son hyperactivité et son apparente réussite… Sous influence, c’est difficile pour vous de remarquer qu’il ou elle utilise son entourage pour atteindre ses propres fins et/ou pour acquérir son « approvisionnement narcissique ». (Narcissistic Supply). Cette expression anglaise  a été introduite dans la théorie psychanalytique par Otto Fenichel en 1938, pour décrire un type d’admiration et de soutien personnel dont le narcissique a besoin pour « gonfler son image ». Cela est très important parce que le narcissique est « affectivement et/ou émotionnellement vide » et il compense ce vide par la création d’une image. Si vous approvisionnez le narcissique au niveau sexuel, intellectuel, professionnel ou social, le narcissique va donner des signes de son enthousiasme et peut-être aussi de l’appréciation pour votre personne. Cependant, vous n’êtes que la personne-objet qui assure son  approvisionnement narcissique confondu avec amour. 

2.  Le narcissique cérébral, le narcissique somatique et leur sexualité
Le narcissique cérébral est obsédé par des fantasmes ou sa certitude d’omniscience et de brillance inégale. Si vous vivez ou travaillez avec un narcissique cérébral, il/elle va montrer « son savoir hors du commun ». Vous croirez qu’il est très intelligent, parce qu’il donne l’impression de tout comprendre et de tout savoir et montre sa supériorité intellectuelle. Si vous doutez de vous-même, si vous êtes réservé(e) concernant vos connaissances, si vous êtes dévalorisé(e), vous allez croire que « votre connaissance ou sagesse » sont inférieures aux siennes. Si vous idéalisez le narcissique, vous pourriez lui donner tout votre pouvoir intellectuel au point de vous effacer.
Concernant la sexualité, le narcissique cérébral vise à stabiliser le flux d’approvisionnement narcissique en supprimant ses préférences sexuelles et en se concentrant sur le partenaire qui l’approvisionne. Il fait étalage de sa sexualité et sciemment l’abandonne, favorisant une relation stable et durable. Par conséquent, il est contraint de sacrifier sa sexualité afin d’assurer la longévité de sa relation exclusive, pour donner la priorité à son approvisionnement narcissique. Ce couple quitte progressivement le rapport sexuel. Être insatisfait(e) de sa sexualité sert à une sorte d’autopunition masochiste. Comme la frustration s’installe dans le couple, le narcissique devient passivement hostile. Son ou sa partenaire devient la cible de son agressivité refoulée.
Le narcissique somatique par contre, est obsédé par son corps, sa sensualité, sa beauté… Il a besoin de s’exciter sexuellement, de montrer ses performances physiques ou sexuelles et sa disposition à conquérir les gens ou le monde, la montagne, l’espace, la mer… Le narcissique somatique vise à garantir un flux ininterrompu d’approvisionnement narcissique en se livrant à ses préférences sexuelles avec des partenaires multiples. Pour lui, le sexe, les prouesses sexuelles, les exploits charnels et une chaîne de conquêtes, est son approvisionnement narcissique. Sa sexualité toutefois non conformiste ou même déviante, est la seule source stable de son approvisionnement narcissique qui lui est nécessaire pour réguler l’estime de son « 
soi image ». En fait, il cherche et sélectionne des interactions qui sont labiles, instables, fugaces, type aventure et il bascule entre plusieurs objets sexuels et l’engouement. Il se peut que le narcissique, cérébral ou somatique, devienne auto-érotique en fantasmant et qu’il se masturbe avec une fréquence variable. Sa vie sexuelle peut se réduire à la consommation pornographique et aux jeux de rôles dans les forums en ligne. 

3. Demandes implicites ou explicites
Les narcissiques se sentent « uniques et spéciaux » parce que de façon très astucieuse et inconsciente, ils utilisent les autres comme des « extensions ou rallonges »  d’eux-mêmes. Ils croient « mériter des traitements spéciaux ». Ils se sentent « dans le droit  » d’utiliser les autres et d’ignorer ce que les autres font pour eux. Ils exigent le respect de leurs attentes déraisonnables en matière de traitement prioritaire spécial. Ils croient mériter des traitements de faveur, parce qu’ils croient avoir un « statut élevé » soit-il sexuel, social ou intellectuel, comparé à leurs associés, leur couple ou d’autres professionnels. Par exemple, si un narcissique cérébrale vous a idéalisé(e), au départ il se sentira comblé parce que votre présence devient son « approvisionnement narcissique ». Alors vous vous sentez aimé(e). Cependant, un jour vous tombez du piédestal, car pour une raison ou une autre, le narcissique se sent au-dessus de vous « au niveau » de la conscience, de la compréhension, de la connaissance, de la position sociale ou professionnelle et donc se réinstallent dans la personne narcissique, l’auto-absorption et les déficits dans sa capacité à exprimer de l’empathie. À partir de ce moment-là, vous recevrez les traitements qui correspondent à votre « nouveau statut ». Vous serez déprécié(e), ignoré(e), harcelé(e), humilié(e) ou mis(e) au placard… Si vous êtes identifié(e) à votre plus grande « croyance de base », ces traitements vous feront beaucoup souffrir.

4. Les narcissiques ont le droit
Les narcissiques « se sentent dans le droit » d’utiliser les autres, de les faire travailler pour eux, d’utiliser les contacts et connaissances des autres, pour garantir leur « approvisionnement narcissique ». Ils se sentent dans le droit de faire ce qui leur plaît. Si vous garantissez son approvisionnement narcissique, le narcissique ressent qu’il/elle a le droit de le recevoir sans donner quelque chose en échange, sans tenir compte de ce que vous lui apportez, sans tenir compte non plus de ce qui cela représente pour vous. Par exemple, le narcissique pourrait ne pas assister à la conférence que vous lui avez organisée, juste parce qu’il mérite de faire ce qui lui plaît. Vous vous trouverez seul(e) face au public à qui vous devrez expliquer que le conférencier est « indisposé ».

5. Les narcissiques minimisent ou banalisent ce qui se passe
Tant que vous admirez
 votre narcissique, vous êtes « valorisé(e) ». Mais hélas, le jour viendra où vous commencerez à protester. À ce moment-là, vous serez disqualifié(e). Vous serez « mis(e) au placard » progressivement et selon vos contestations. Vous vous sentirez très seul(e). Si son attitude glaçante vous blesse, le narcissique vous dira que ce ne sont que vos interprétations. Le narcissique va « minimiser » ce qui se passe. Il va vous faire sentir que vous l’assaillez avec vos plaintes. Il vous dira par exemple : – pour toi, je ne suis jamais comment il faut… – je ne suis pas ce que je devrais être… Ce qui vous laisse sans possibilités aucune de vous faire comprendre. En banalisant ce que vous constatez, ressentez et pensez, le narcissique vous disqualifie. Exemples : – qu’est-ce que j’ai fait encore ?  – Pourquoi es-tu si sensible ? – Tu n’as pas besoin de te fâcher pour une si petite chose ! – Qu’importe le passé ? L’important est ce qui se passe ici et maintenant. 

6. Les narcissiques manquent d’empathie affective
Le narcissique cérébral, peut avoir de l’empathie cognitive, mais pas de l’empathie affective. Il peut être extrêmement perceptible de ce qui se passe chez les autres au niveau intellectuel. Sam Vaknin, auteur du livre « Malignan Self-Love », livre considéré comme « la Bible » au sujet du trouble de la personnalité narcissique, dit que  l’empathie des narcissiques est « froide ». Ils ne peuvent ni partager les sentiments d’autrui, ni communiquer de l’empathie du fond du cœur. Leur froideur émotionnelle les rend indifférents aux émotions et à la douleur d’autruiC’est la raison pour laquelle ils négligent leur partenaire, car ils ne peuvent se mettre à la place de personne au niveau émotionnel. Parfois le narcissique vous accorde un peu d’attention, mais avec le temps, vous remarquerez peut-être qu’il/elle ne vous donne que très peu d’attention, voire aucune. Si vous vous exprimez à ce sujet, soit de façon rationnelle ou de façon émotionnelle, voire hystérique,  le narcissique ne ressentira rien, mais il pensera que vous avez un problème mental. Il se trouvera dans sa tour d’ivoire, inaccessible, là où il se protège avec une indifférence glaçante de vos sentiments. Pour le narcissique, c’est facile de torturer psychologiquement l’autre en garantissant son approvisionnement narcissique. Le  narcissique ne s’intéresse pas à ce que son partenaire vit à ces côtés. Ses larmes le laissent indifférent, celles-ci « lui tombent  comme la pluie sur les plumes d’un canard ». Par exemple, le narcissique vous dira : – j’en assez de tes pleurnicheries, ce ne sont que tes interprétations qui te font du mal ! 

7. Stratégies utilisées par les narcissiques
Les narcissiques utilisent des stratégies subtiles et inconscientes pour blesser les sentiments des proches surtout quand il/elle ressent de l’envie, ce qui est fréquent. Ils cherchent à vous blesser puisque que vous êtes devenu(e) l’objet de leur frustration. Dans ce sens-là, ils sont paranoïaques. Par  exemple, le narcissique pourrait vous accuser d’être en compétition avec lui. Alors il va s’arranger pour retenir des informations concernant le travail ou la façon de faire les choses ou il va prendre la parole à votre place. Si vous êtes en couple, ils/elle va refouler sa peur, sa frustration et sa colère, et il/elle va ignorer vos désir d’avoir des moments privilégiés d’échange et de partage, il va négliger votre besoin d’amusement et de plaisir, il va vous dire: – à chacun a ses préférences. Il va vous disqualifier et vous combattre en déclenchant vos doutes, en mettant en évidence les aspects affaiblis de votre structure psychologique, en s’éloignant et en devenant indifférent(e) méprisant(e) et glaçant(e).

Voici une liste de stratégies utilisées par les narcissiques :

  • Une fois que vous êtes tombé(e) du piédestal, la personne narcissique vous signale comme étant  la personne « troublée ».  Ils vous discréditent dans le milieu du travail, avec la famille et entre amis en faisant croire aux autres que vous êtes folle (ou fou), irrationnel(le) ou instable. Ils peuvent faire croire aux autres que leur intégrité psycho émotionnelle est menacée par vous.
  • Les narcissiques montrent une fausse compassion. Par exemple, si à ses yeux vous êtes déprimée, votre narcissique vous dira : – je souffre de te voir souffrir. Sans y remettre en question sa participation dans votre dynamique de couple, il appellera le psychiatre. Cela peut être très humiliant, car il utilise certainement votre tristesse et vos réactions émotionnelles, interprétées par lui comme de la dépression, pour se placer au-dessus de vous. Lui, il va bien. Vous allez mal et sa famille dysfonctionnelle en ajoute.
  • Les narcissiques utilisent la distorsion et le recadrage. Lorsque le narcissique rebondit et recadre avec assurance ce qui a été dit, il/elle le fait en sa faveur. Il fait de la distorsion cognitive concernant les faits concrets et il/elle les arrange contre vous, en sa faveur.
  • Les narcissiques utilisent le masque d’affirmation de soi. Ils utilisent des arguments pour vous faire croire que vous « avez tout faux ». Ils arriveront peut-être à vous faire douter de vous et de vos sentiments, en vous faisant croire que leur version des événements est correcte.
  • Les narcissiques vous font sentir le poids de leur froideur et de leur indifférence. Ils agissent avec arrogance, assurance, supériorité et mépris. Cependant, de temps à autre votre narcissique « descendra à votre niveau » pour vous donner des leçons ou un peu d’attention, peut-être dans l’intention que vous constatiez combien il est attentif. 
  • Les narcissiques changent de sujet. Ils détournent le sujet en posant une autre question, en baissant les yeux quand vous parlez, en tournant le dos ou en faisant une déclaration habituelle à propos de vos remarques. Exemples : – tu imagines des choses. – Ça n’arrive  jamais! – Je ne vais pas mettre mon petit doigt dans ces discours, car ce ne sont que tes interprétations. – Je ne me souviens pas de ça ! – Je n’ai jamais dit ça. – Je ne comprends pas de quoi tu parles.


8.
 Les mécanismes défensifs de l’ego narcissique
Les mécanismes défensifs des personnes narcissiques sont : leur image,  leur déni et l’évitement. Les narcissiques sont incapables de reconnaître leur trouble. Si vous souffrez dans cette « relation », si vous ressentez le besoin d’être aimé(e) et écouté(e), d’être respecté(e) et d’être pris(e) en considération et vous voudriez que votre partenaire se remette en question, vous devez savoir que les narcissiques ne se remettent jamais en question, même s’ils jouent le rôle de prêtres, thérapeutes, psychologues, consultants ou éveillés, et surtout s’ils sont des « narcissiques masqués ». Ils ne sont responsables de rien, donc, votre intention est vaine. Si vous proposez à votre narcissique de faire une thérapie de couple, il vous dira qu’il n’en a pas besoin, mais peut-être qu’il vous accompagnera par courtoisie. Pour la plupart, les narcissiques ne peuvent admettre qu’ils ont un trouble de la personnalité, car cela est très déstabilisant pour eux. Le narcissique croit que son savoir omniscient, son image et sa personne se trouvent au-dessus de toutes les conneries que les thérapeutes peuvent raconter dans les magazines, les vidéos ou les livres.

9. Les narcissiques masqués
Les narcissiques masqués prétendent et se mentent à eux-mêmes. Ils se présentent comme des personnes attentives, aimables, altruistes, empathiques, compréhensives et investies de qualités. Pour obtenir de l’admiration et du respect, ils cachent leur narcissisme derrière la scène. Si vous avez vécu une expérience profondément décevante à ce sujet et vous vous jugé(e) stupide, sachez que cela n’est pas facile de reconnaître un narcissique masqué, soit parce que vous ignoriez tout de ce trouble et/ou parce ses conduites sont contradictoires et confusionnelles.
Si vous partez, attention ! Ne dites jamais à votre partenaire ou à votre chef de service ce que vous avez découvert, surtout s’il ou elle est un narcissique masqué. La pire chose à faire, c’est de dénoncer ses conduites publiquement. Ce type de personne attire l’affection des autres, donc personne ne vous croira. En plus, il se sentira tellement blessé(e) et insulté(e) qu’il/elle pourrait prendre des mesures de représailles. Rappelez-vous que les narcissiques n’ont aucune capacité de se remettre en question, parce que cela menace la survie de leur « soi image » sans lequel ils risquent de ressentir un vide terrifiant, ce qu’ils évitent à tout prix. 

Chérissez-vous encore l’idée que votre narcissique puisse vous aimer ?
Vous êtes sevré(e) d’amour, de respect ou d’attentions si vous vivez ou travaillez avec un(e) narcissique. Cependant, si vous croyez qu’un jour votre narcissique va vous dire enfin qu’il/elle vous aime vraiment, qu’il/elle tient à vous et qu’il/elle va tout faire  pour comprendre ce qui se passe dans votre couple y compris de se remettre en question, vous rêvez ! Le narcissique vous dira autre chose. Par exemple : – je suis très abattu et profondément triste à l’idée que tu me désignes comme le responsable de tes souffrances. Ou bien : – je ne suis pour toi qu’un monstre… Ceci dit, le narcissique sera plus triste de perdre son approvisionnement narcissique que de vous perdre. Il est probable qu’à partir du moment où vous lui dirait qui il a un trouble de la personnalité, votre narcissique va vous ignorer encore plus, vous humilier, vous dénigrer et vous maltraiter.

TROUBLE DU SPECTRE DE L’AUTISME OU PERSONNALITÉ NARCISSIQUE ?

Parfois ces deux troubles sont confondus parce que les deux présentent des déficits émotionnels et sociaux. On considère généralement que les troubles autistiques relèvent de l’inné, alors que les troubles narcissiques sont acquis. Cependant, la question du manque d’empathie semble opposer radicalement les deux profils.
– La personnalité narcissique est dénuée d’empathie affective, de la capacité à ressentir et comprendre les états affectifs ou émotionnels des autres, alors que l’autiste/Asperger en est doté.
– L’Asperger est dénué d’empathie cognitive, qui est la capacité à comprendre les états mentaux des autres, alors que le narcissique utilise largement cette capacité pour exploiter son prochain.
– Le narcissique manipule et se complaît dans l’agression passive ou dans la violence. Ce qui n’est pas le cas du spectre autiste ou Asperger. Mais il se peut que ce soit très difficile de faire la distinction, surtout avec les narcissiques cérébraux et masqués. Parfois il y a une combinaison de deux. Cela peut être déchirant pour le partenaire.

Sam Vaknin considère que les narcissiques, (y compris lui-même qui ouvertement confirme avoir un trouble de la personnalité narcissique), sont capables d’interagir avec des niveaux élevés de compétences sociales, dans des situations où il est important pour eux d’impressionner quelqu’un qu’ils admirent ou qui les admire. Comme il le dit, les narcissiques apparaissent sociables socialement, même très capables quand ils interagissent avec quelqu’un qu’ils considèrent comme ayant le potentiel de satisfaire leur désir  « d’approvisionnement narcissique » et d’admiration. En même temps, il souligne : une fois que la personne narcissique a commencé à dévaluer l’autre, se réinstallent en elle l’auto-absorption et les déficits dans la capacité à expérimenter l’empathie. Ces caractéristiques ont une ressemblance frappante avec les caractéristiques de quelqu’un qui souffre du trouble du spectre de l’autisme.

Le Site Autism-Word suggère des similitudes entre le narcissisme et les troubles du spectre autistique : – l’un des traits essentiels chez les personnes autistes est qu’elles présentent une forme « d’aveuglement mental » définie comme l’incapacité de comprendre que les autres ont des émotions, sensations et des pensées différentes de  celles de leurs congénères. Souvent, les autistes ne peuvent voir les choses que de « leur propre point de vue ». Par exemple, ils ne peuvent pas imaginer que la solitude affecte la société toute entière. Cet aveuglement ressemble à celui du narcissique qui se croirait au-dessus de la solitude et des actions sociales pour pallier le manque d’interactions humaines.

Quitter cet être incompréhensible ?
L’important est de sentir si vous pouvez ou vous ne pouvez pas 
vivre à ses côtés. Il est possible que votre « noyau mental » y tienne comme à la vie. Tout votre système de croyances s’oppose à changer les choses. Vous vous trouvez dans le déni, malgré les constats et votre douleur.

La dépendance à des personnes qui vous font souffrir, se soigne. Cliquez ici

Le traitement du trouble de la personnalité narcissique
Le traitement comporte le même processus de déshypnose que celui décrit ici pour la dépendance affective. La difficulté est que la personne souffrant de ce trouble ne ressent pas la douleur de sa condition parce qu’elle est complètement inconsciente de ce qui lui arrive. Par conséquence, elle ne cherche pas de l’aide et si par chance elle le fait, elle aurait la tendance à saboter le processus.
Si vous êtes conscient de souffrir de ce trouble et vous voulez retourner à votre vrai 
Je Suis, en lieu de continuer à vous identifier avec une image créée en réaction à votre insécurité ontologique, vous pouvez entreprendre un processus d’Autoquestionnement Non Duel pour vous libérer de votre hypnose identitaire. Vous devez aller jusqu’au but de ce processus. Ce processus demande d’aller à la rencontre de vos émotions occultées et de 
persévérer dans cette démarche. Il ne va pas être facile car « votre personnage » ne connais pas l’honnêteté et « il » a peur du vide. Cependant, la déhypnose est à la portée de tous ceux qui veulent vraiment s’y réveiller.