Prabhã et Bruno, un couple qui dialogue.

Le Dr Prabhã CALDERÓN consultante en français, anglais et espagnol, a plus de 35 ans d’expérience.
– Après ses études  de médecine, spécialité homéopathie, Prabhã poursuit inlassablement sa recherche des sources de la souffrance.
– Elle étudie et expérimente la psycho-synthèses, une forme de thérapie provenant du chamanisme, développé par le Dr psychiatre Salvador Roquet.
– À l’Institut Wilhelm Reich, elle se forme à l’Analyse Bioénergétique auprès du Dr Alexandre LOWEN et de John PIERRAKOS fondateur de Cor-Energetics.
– Elle étudie et pratique plusieurs formes de thérapie psychocorporelle et étudie également l’analyse transactionnelle et la gestalt.
– Elle étudie et pratique le yoga, la méditation… et interrompant ses activités d’homéopathe et de thérapeute corporelle, elle voyage pour fréquenter en Inde et aux États-Unis les grands maîtres de la spiritualité.
– Tout en poursuivant ses recherches sur les origines de la souffrance, Prabhã s’installe en Europe en 1989, où elle étudie l’hypnose Ericksonniene, l’Ennéagramme avec Annie Linden, la catharsis Glaudianne et le nouveau code PNL avec John Grinder.
– Prabhã fait la rencontre du penseur « anti-gourou » U.G. KRISHNAMURTI qui questionnait le doute ontologique à l’origine de toutes les quêtes spirituelles.
– De 1994 à 1999 elle étudie la Psychologie Quantique avec le Dr Stephen WOLINSKY de Californie avec qui elle pratique une forme d’autoquestionnement basé sur la philosophie de la déconstruction postmoderne, les neurosciences, la linguistique contextuelle et la physique quantique.
–  En découvrant le phénomène fondamental de l’autohypnose identitaire individuelle et collective, Prabhã s’en réveille définitivement. Depuis 20 ans, elle est parvenu à une vision claire des origines et mécanismes de la souffrance et se consacre entièrement à la Pratique et à l’enseignement de l’Autoquestionnement de la boucle autoréférentielle du « sens de moi ». Après tant d’années de travail et d’expérience, Prabhã considère que c’est la seule pratique aboutissant véritablement à la dé-auto-hypnose ou « réveil de l’hypnose » entretenue par des mécanismes acquis dans les premières années de vie.
– En 2008 elle rencontre son époux Bruno Maillard à qui depuis plus de 40 ans, les mêmes constats fondamentaux étaient venus spontanément. Depuis, ils pratiquent et enseignent ensemble l’Autoquestionnement.

Bruno MAILLARD a constaté très tôt le caractère illusoire de « la sensation de séparation » d’avec ce qui est observé et le caractère indéfinissable de la conscience. Dés l’âge de 24 ans, il commence à accompagner des personnes dans ce constat.
– Père de cinq enfants, durant 35 ans il conçoit et réalise de nombreuses sculptures, entre autres pour l’espace public.
– En 2008, en rencontrant Prabhã, il découvre comment inviter au constat de l’unité inexprimable et se forme auprès d’elle à l’ensemble des techniques d’accompagnement.
– Depuis, interrompant complètement ses activités d’artiste, il se consacre entièrement avec son épouse à ce qui lui semble le plus important :
La dés-auto-hypnose par «La Pratique de l’Autoquestionnement» 

photo-p-b-2014

Lorsqu’il nous arrive de recourir à l’hypnose c’est toujours dans un but de dés-hypnose.