La Réalité Non Duelle est la Conscience Absolue…

Ce que nous sommes ne demande aucune condition pour Être. 
Notre Véritable Nature indescriptible est UNE; elle n’est pas deux.
Elle ne dépend ni du corps, ni des pensées, ni des actes…
Elle n’est concernée par aucune souffrance,  attente, mécanisme ou limitation…
Elle ne dépend d’aucun
état, ni spirituel, ni autre...
Elle ne dépend pas non plus de quelqu’un qui soit conscient ou non-conscient.

La Réalité Non Duelle est la Conscience Absolue…
Elle est le calme radieux qui ne nécessite pas de la conscience de quelqu’un pour être là.
Elle Est, même dans le sommeil profond-profond où le « sens de moi » disparaît.
Elle englobe les multiples manifestations de la vie telle qu’elle se présente.
Quand nous constatons que l’existence ne dépend ni de l’activité mentale,
ni d’un « sens de moi » éveillé ou pas, ni de sa quête de réparation,
ni de ses rêves de deveni
r pleinement conscient(e), la clarté d’Être émerge…
Être est Un, sans un deuxième… et nous ne pouvons pas ne pas être…

Être est invariable et permanent.
Tout est impermanent à l’exception de Ce qui Est.
Être est parfaitement embrassant et inclusif.
Il n’existe rien dans ce monde dont Être ne pourrait pas être le substratum.
Il est Vérité Absolue, Conscience Absolue.
Être ne peut pas être plus présent dans un endroit et moins dans un autre.
Être ne peut être ni localisé ni fragmenté.
Il n’y a pas d’être ici et pas là…
Être est Vérité Absolue, Conscience Absolue.
S’il y avait quelque chose d’autre en plus de cette Vérité Absolue,
alors cette chose devrait être aussi vraie,
auquel cas, aucune chose ne pourrait être vraie,
car la réelle Vérité est unique et universelle.
Être est UN, sans un deuxième.
Une essence homogène éternelle…
une seule substance indivisible… inexplicable, indéfinissable…
Être est Vérité Absolue, Conscience Absolue…  

Q’est-ce que la dualité ?
La dualité est une illusion entretenue par le mental.
C’est la conviction 
d’avoir différentes « parties de moi », de n’être qu’une « identité mentale », de n’être qu’un « moi » fragmenté imaginairement, de n’être que les « subpersonnalités »…
C’est la certitude d’être « l’observateur jugeant ou évaluant » qui focalise son attention sur un petit « moi » évalué et jugé…

Je vous propose une contemplation…

  • Respirez et soyez attentif(ve) à ce que respire votre corps…
    Au présent posez-vous la question :
    Si j ‘arrêtais de m’identifier à « mes » pensées, « mes » idées, « mes » certitudes et croyances…
    Qui serais-je alors ?
  • Respirez… et continuez…
    Si j ‘arrêtais de m’identifier aux pensées, idées, certitudes, croyances qui arrivent…
    provenant toutes des autres et de l’extérieur…
    Qui serais-je alors ?
  • Respirez…
    À présent posez-vous la question :
    Si j ‘arrêtais de m’identifier aux concepts tels que « à moi », « mon », « mes »…
    Si j’arrêtais de m’identifier aux concepts de « mon histoire », « ma famille », « ma maison », « mes enfants », « mes idées »…
    Qui serais-je alors ?
  • Respirez…
    À présent posez-vous la question :
    Si j ‘arrêtais de m’identifier à tout ce que j’ai « cru être » et à tout ce que je « crois être »…
    Qui serais-je alors ?
  • Respirez…
    Si  j’arrêtais au présent de m’identifier à tout ce que dit le mental…
    Suis-je grand (e)… Suis-je petit (e)… ou ni l’un ni l’autre ?
    Suis-je supérieur (e)…  Suis-je inférieur (e)… ou ni l’un ni l’autre ?
    Suis-je correct (e)… Suis-je incorrect (e)…  ou ni l’un ni l’autre ?
    Suis-je accompli(e)… Suis-je non accompli(e)… ou ni l’un ni l’autre ?
    Suis-je adéquat (e)… Suis-je non adéquat(e)… ou ni l’un ni l’autre ?
    Suis-je vide d’amour, suis-je rempli(e) d’amour… ou ni l’un ni l’autre ?
  • Respirez…
    À présent posez-vous la question :
    Qui suis-je pendant l’état de sommeil profond-profond ?

    Que respire mon corps pendant le sommeil profond-profond ?
    Où se trouve le « moi » que je « crois être » pendant le sommeil profond-profond ?
  • Respirez…
    En dehors de cette conscience qui se limite au corps, au mental, à « mon » apparence…
    Qui suis-je ?
    Qui suis-je vraiment ?
    Que respire mon corps? Que respire l’univers tout entier ?


La Non-Dualité, Être , Amour, Conscience… sont Un…, sans un deuxième…
Le constat Non Duel émerge quand vous cessez de vous identifier à la quête inatteignable de votre « moi » qui est structuré par des mécanismes, des concepts, des images et des débris de mémoire. La quête de ce  « moi » est inatteignable parce qu’elle est basée sur une fausse prémisse : « je ne suis pas ce que je devrais être ». Fausse prémisse qui déclenche des certitudes : «  Je suis ceci ou cela… ». Je suis le mental, je suis mon histoire, je suis ma personnalité, je suis ma souffrance, je suis celui ou celle qui n’a pas encore trouvé un sens à sa vie, je suis séparé(e) de moi-même, je suis sans amour… Ces définitions génèrent des mécanismes égotiques ainsi que des quêtes de réparation, quêtes de sens, quêtes de pouvoir, de complétude, de reconnaissance, d’amour, d’illumination… Le « moi », qui est purement conflictuel et émotionnel, croit qu’il est la « réalité  ». En vous identifiant à ce « moi », vous souffrez des conséquences. 

Vous n’êtes ni le miroir ni l’image, non plus le point de vue de l’observateur que les regarde.
Constater que vous n’êtes Ni ceci, Ni cela, permet de constater ÊTRE
comme étant la seule réalité ineffable, inexplicable, inappropriable, indescriptible…

Lorsque vous questionnez et démantelez tout ce que vous « croyez être », votre véritable nature ineffable se révèle à vous comme votre véritable nature inexplicable. Ceci est le principal enseignement des grands maîtres de la Non Dualité, tels que NISARGADATTA MAHARAJ, U.G. KRISHNAMURTI et Ramana MAHARSHI.

Remarque : le mouvement pseudo-neo-non-dualiste suggère qu’il n’y a rien à faire pour arriver au constat Non Duel. Cela n’a jamais été proposé par les grands maîtres de la Non Dualité.
Nisargadatta Maharaj disait : – Creusez, creusez, creusez… de la même façon que vous creusez un puits pour obtenir de l’eau, éliminez de votre système l’identification et l’attachement à tout concept ou définition. Il n’y a jamais assez de déconstruction…

Vous pouvez lire les sources de l’Autoquestionnement Non Duel ici