Trois types de questions se succèdent au cours de la pratique.

 

1.- Exemple de questions pour clarifier le contexte interne:

– Selon ton point de vu actuel, que ce passe-t-il ?
– Que ce passe-t-il vraiment ?
– Comment cela ce passe ?
– Quelle est ta participation dans cette situation ?
– Qu’est-ce qui te fait souffrir dans cette situation ?
– De quelle façon cette situation te fais-elle souffrir ?
– Sur quoi se focalise ton attention lorsque tu souffres, lorsque tu éprouves de l’angoisse, de l’anxiété, de la colère… ?
– Quelle est ta véritable intention dans cette situation ?
– Quel est ton véritable besoin, non satisfait par cette situation ?
– Que te rappelle cette situation ?

2.- Exemples de questions pour découvrir ce que vous croyez à propos de vous-même, (croyances identitaires), dans toutes circonstances et contextes :

Qu’est-ce que tu crois à propos de toi-même dans cette situation ? De quel âge te sens-tu ?
Quand tu réagis de cette façon, qu’est-ce que tu crois à propos de toi ?
Qu’est-ce que la situation dit de toi ? Sur quoi se focalise ton attention ?
Comment te sens-tu devant ce que tu crois à propos de toi-même ?
– Qu’est-ce qui produit telle ou telle émotion ? Culpabilité, honte, peur, colère, tristesse…
– En quoi telle ou telle croyance ou sensation est-elle si grave ou terrible pour toi?
– En quoi tel ou tel croyance ou sensation est-elle si importante ou vitale pour toi?
– En quoi ta recherche est-elle si importante pour toi ?
– Quel est le présupposée à propos de toi qui est confirmé comme vrai par cette recherche ? 

3.- Exemples de questions posées pour que les croyances qui émergent soient reconnues comme des croyances et non plus comme une dangereuse réalité.

Nous ne posons plus les questions à « la personne qui se questionne », mais c’est « elle » et « nous » qui ensemble questionnons les croyances et images mentales qui émergent. Ces questions se posent donc à la troisième personne:

– À qui arrive cette pensée, cette émotion ou sensation ? Réponse possible : – à moi !
– Au « moi » qui croit quoi à propos de lui-même ? S’il te plait, répond comme si pour un moment ce « moi » était un objet distinct.
– Où dans ton corps ou au tour de celui-ci, se trouve le « moi » qui croit cela ?
Ce « moi » qui croit ceci ou cela… quelle âge a-t-il ?
– Quel « observateur », quel « mécanisme mental d’observation et d’évaluation de soi » observe cela ?
S’il te plait, répond comme si pour un moment cet « observateur de toi » était un objet distinct.
Que pourrait-il arriver à ce « moi » s’il ne croyait plus cela ?
– Un « moi » qui croit ceci ou cela… qu’est-ce qu’il se fait à lui-même ?
– Un « moi » qui croit ceci ou cela… qu’est-ce qu’il fait à l’autre ?
– Si tout cela ne sont que des idées provenant du passé, alors ?
– Si cet « observateur » et ce « moi » sont des images mentales provenant d’interprétations du passé alors ?
– Si ces croyances et images mentales provenant du passé n’ajoute rien, ni retire rien à ce qui se passe effectivement dans le monde tel qu’il est, alors ?

Quels sont les bénéfices concrets de la Pratique de l’autoquestionnement ?